le chemin

Sur le thème du chemin, je partage sur cette page quelques unes de mes photos. Elles sont libres de droit. C’est la seule façon de partager lorsqu’on expose des choses sur internet. Il en va de même pour tout ce qui est écrit dans ce blog. Je serais heureux que des lignes de ce blog ou ces photos inspirent. Faites-en bon usage.

Ces photos sont dans l’inspiration de ce que nous amène le chemin. Celui qui nous accompagne. Le chemin est notre ami, il est toujours là quand on a besoin de lui, il nous divertit, il nous aide et nous guide. Quel meilleur ami que le chemin qui nous amène à découvrir le monde. Quoi de plus vrai que  cet adage bien connu: le bonheur n’est pas au bout du chemin, le bonheur c’est le chemin.
Un sac-à-dos dans lequel on jette un casse-croûte, un k-way (inventé en 1965 par un français, un signe), un peu d’eau et c’est parti. Le chemin nous attend. Il nous mène vers des pics, vers des ruisseaux, des sous-bois, parfois vers une chapelle que garde un percheron.

Chapelle StMichel Moulinet en descendant du Simon

Libre, Roche Forquin

Par une journée ensoleillée, quasi tropicale de décembre, le chemin me mène au-dessus du hameau de Libre sur la commune de Breil sur Roya à la frontière de l’Italie. Suis-je en Italie, suis-je en France ? En cette fin 2016, comment imaginer que la frontière entre France et Italie redevienne un sujet douloureux. Des barbelés réapparaissent sur les sentiers. Un symbole des plus horribles resurgit, la privation de la liberté primordiale de l’homme, celle de pouvoir se déplacer librement. Surtout quand le lieu-dit se nomme Libre, synonyme de liberté gagnée au prix du sang, tout un symbole.

panorama depuis le rocher Forquin sur les hauteurs du hameau de Libre

au sommet de la Roche ForquinA cette époque de l’année, il arrive qu’une ambiance tropicale baigne ces versants sud. Des brumes de chaleur paressent et une chaleur humide m’accompagne sur le sentier.

Margiole, Préfouns

En fin de printemps, je suis pris de passion pour l’univers minéral des aiguilles qui s’élèvent au-dessus du vallon Margiole tout près du Lac Nègre dans le Mercantour.
univers minéral autour du lac Nègre

Le vallon Margiole, c’est ça, la-haut à gauche au-dessus du lac sous ces aiguilles fines comme des dents de sauriens.

vallon Margiole

ou ça

vallon Margiole sous le soleil

Un vallon un peu austère, très minéral perché à 2500 mètres d’altitude au pied d’aiguilles très esthétiques.
Ce vallon difficile d’accès en été, pas vraiment de sentier et d’énormes blocs et pierriers, donne accès à pleins d’endroits reculés. Ça doit être plus facile de venir par ici l’hiver quand les skis permettent de traverser le vallon en douceur. J’avais envie de monter à la brèche Margiole qui marque à 2739 mètres d’altitude la frontière avec l’Italie. Pour y monter, il faut se lancer dans un raidillon en face sud qui borde l’ouest des aiguilles de Prefouns et qui redescend en face nord sur le lac des Portettes et le refuge italien de Questa. En ce mois de juin 2017, tout le haut de la brèche est labouré par la chute d’un énorme bloc décroché des aiguilles. C’est visible sur ma photo ci-dessous.

vue depuis la brèche Margiole (2739 m) vers le lac Nègre

Deuxième photo prise depuis la brèche vers le nord et le lac des Portettes. En zoomant bien sur la photo, il est possible d’apercevoir le refuge italien de Questa au bord du lac. Même en plein été de gros névés bloquent le haut de la brèche sur le versant nord.

versant italien de la brèche Margiole, vue vers le lac des Portettes

Quand on aime on ne compte pas.

Vue depuis la rive sud du lac Nègre, de gauche à droite Pointe Giegn, Aiguilles de Prefouns, Pas de Prefouns, Têtes des Tablasses, Cayre des Bresses

Publicités